11 :: Jonque chinoise

Marco Polo, dans la seconde partie du 13e siècle, admire déjà les jonques. Ce nom, cependant, ne leur est donné que plus tard, au 16e siècle, après que les Portugais aient transformé en junco le nom javanais djong.

Les Chinois ont su adapter leurs bateaux à la navigation côtière, fluviale et même océanique. Ces bateaux à plusieurs mâts (souvent trois), dont l’origine se perd dans la nuit des temps, se caractérisent par leurs voiles. Ces dernières, maniées habilement, sont efficaces à toutes les allures.

L’armature des voiles sculptée par Lecouvie, plutôt inspirée des vergues que des nattes lattées, est un peu lourde, mais il faut lui savoir gré de faire une place à une merveille de tous les temps : la jonque chinoise.