30 :: Brigantin (début 18e siècle)

À l’origine, le brigantin dérive de la galère, mais en perd vite les signes. Il désigne plutôt un deux-mâts dont le mât de misaine est réservé aux voiles carrées et le grand-mât porte l’ancêtre de la voile aurique: la brigantine. Cette dernière, retenue dans un lâche filet de cordages, pouvait être « amenée », c’est-à-dire plus ou moins pliée rapidement le long du mât en tirant sur des cordages depuis le pont.

De légères variantes dans le gréement, par exemple une voile carrée au haut du grand-mât ou une flèche ou une contre-brigantine au-dessus de la brigantine, amènent un nombre incalculable de types de brigantins et de noms pour les désigner: brick, brick-goélette, bombarde, chébec, brick-goélette à hunier, etc. Ce bateau est économique car il nécessite une faible main-d’œuvre.