À propos de la collection

 

Un trésor en ivoire

 

Pendant près de 15 ans, un Québécois originaire de la Gaspésie, Edmond Lecouvie, a sculpté quarante-deux bateaux miniatures en ivoire de narval et de morse et créa ainsi une collection exceptionnelle et unique au monde.

 

En raison de sa passion inépuisable pour la mer et de cette tradition qu'il a perpétuée tout au long de sa vie, il n'a eu de cesse de tailler, limer et graver ces quarante-deux bateaux. Chacun de ceux-ci illustre une période particulière de l'histoire de la navigation depuis ses origines jusqu'au début du siècle. 

 

 

L'artiste, Edmond Lecouvie (1886-1970)

 

Edmond Lecouvie naît à Gaspé le 15 novembre 1886.

 

Sa carrière de marin débute à 7 ans, alors qu'il accompagne régulièrement son père John, un capitaine naviguant dans le Golfe du Saint-Laurent et au large du Labrador. Pour toute école: les affections familiales, la mer, les amis et le labeur.

 

En 1913, il débute une carrière de policier à l'emploi de la ville de Québec. Mais de sa passion de la mer, il n'oublie rien; il consacre tous ses moments de loisirs au modélisme.

 

Tout au long de sa vie, Edmond Lecouvie transforme les matériaux les plus divers, principalement le bois et l'ivoire, en coques, mâts, sabords, canonnades, vergues et figures de proue.

 

Pour cet homme aux mains habiles et patientes, point de plans ou d'études scrupuleuses, point d'outils compliqués mais un sens aigu de l'observation, une râpe, un canif, des limes et bien sûr, une dextérité remarquable. Quant à son atelier, ses enfants se souviennent de la chaise consacrée où il déposait des pièces dégrossies et un panier tenant lieu de coffre à outils et de fourre-tout.

 

La réputation de Edmond Lecouvie dépasse bientôt les frontières du Canada et il acquiert une renommée internationale: on retrouve de ses oeuvres au British Museum et deux de ses navires ont pour propriétaire: le Prince Philip, Duc d'Edinburgh (Le Cosmo, qui se retrouve dans son bureau privé) et l'ancien président américain Franklin D. Roosevelt qui connaissait la notoriété de Edmond Lecouvie et lui commanda un navire. Ces deux maquettes sont par contre exécutées en bois.

 

Il s'éteint à Québec le 22 septembre 1970.

 

 

L'ivoire de narval et de morse

 

L'ivoire de narval et de morse était fourni à l'artiste par le capitaine Joseph-Elzéar Bernier qui dirige en 1906, 1908 et 1910, trois expéditions nordiques en vue de souligner la possession canadienne des territoires et îles cédés plus tôt au Canada par la Grance-Bretagne. Lecouvie débute alors une fomidable aventure qui l'incite, jour après jour, pendant 14 ans, à créer une collection de miniatures en ivoire reconnue comme une des plus prestigieuses au monde.

 

Les quarante-deux bateaux racontent une histoire mondiale de la navigation vue par les yeux d'un marin, passionné de la mer. Cette histoire illustre tant la pirogue d'Amazonie que la Bluenose, goélette canadienne, surnommée la Reine de l'Atlantique, en passant par le vaisseau viking, la jonque chinoise, le Galion et des navires célèbres tels que la frégate Constitution ou le navire de guerre Henri Grâce à Dieu.

 

La dimension des navires varient entre 10 et 35 centimètres et tous sont entièrement constitués d'ivoire (à l'exception du Weymouth qui, en raison de sa dimension, nécessita une coque de bois).

 

Edmond Lecouvie est sans conteste un artiste-artisan; il fait partie de ces hommes qui reçoivent de Dieu le talent de créer et de mettre en beauté pareils objets.

 

 

Un parcours prestigieux

 

Cette magnifique collection unique au monde est aujourd'hui propriété de monsieur Gaston Déry qui se fixe comme objectifs de mettre en valeur ce trésor en ivoire et de faire connaître un artiste, son art et l'oeuvre principale de sa vie.

 

Depuis son acquisition par Gaston Déry, la collection a voyagé à travers le Canada; en plus d'avoir été exposée à de nombreuses reprises dans la région de Québec, de Montréal et au Musée maritime du Québec à l'Islet-sur-mer, elle a été exposée au pavillon du Québec lors de l'exposition internationale de 1986 à Vancouver, au Musée maritime de Vancouver et au Musée maritime de la Colombie-Britanique à Victoria (2005) pour célébrer leur cinquantième anniversaire. La collection était à l'honneur lors des festivités du 400ième de la Ville de Québec étant exposée au Bassin Brown, propriété de l'administration portuaire de Québec.